Grâce à tant d'enseignants formidables et engagés et les utilisateurs de Go-Lab, notre Repository Golabz compte quant à lui plus de 500 espaces d'apprentissage d'enquête (ILS). Comme le 500e ILS a été publié, nous avons décidé de mener une interview avec son auteur - Stella Constantinou, un enseignant de l'école primaire de Chypre - et de le partager avec la communauté Go-Lab.

Stella, comment avez-vous trouvé Go-Lab et comment avez-vous décidé de créer votre propre ILS?

J'ai entendu parler du projet Go-Lab pour la première fois dans un cours de maîtrise à l'Université de Chypre. Dès le début, je l'ai trouvé intéressant et, dans mon temps libre, j'ai visité la page Web du projet pour en savoir plus sur les laboratoires de sciences virtuelles. Dans le cadre du cours de maîtrise à laquelle je participais, nous avons dû créer un ILS en collaboration avec d'autres participants ainsi qu'un propre ILS.

Avez-vous participé à une formation Go-Lab (en personne ou en ligne)? Si oui, où et qui l'a organisé?

Non, je n'ai participé à aucune formation consacrée à la plateforme Go-Lab. Dans le cours universitaire que j'ai suivi, où l'objectif était de créer propre ILS, le professeur a passé deux leçons brièvement expliquer le processus de la façon dont un enseignant peut faire son propre ILS ou utiliser ceux déjà existants dans ses classes (sous forme d'atelier).

A partir de l'ILS que vous avez créé, sur la base de quels critères avez-vous choisi le sujet spécifique? Les préférences de vos élèves ont-elles influencé votre choix?

Comme indiqué ci-dessus, il y avait deux options pour la création de SIL: Lors de la création de la première ILS, j'ai collaboré avec d'autres enseignants, qui étaient physiciens, de sorte que l'accent a déjà été donné sur un sujet en physique pour l'école secondaire. C'était un sujet lié à la pression hydrostatique. Pour le deuxième ILS, j'ai travaillé de façon indépendante sur un sujet lié à ma profession, à l'enseignement primaire. L'ILS était consacré aux forces et au mouvement. Je dois admettre que lors de la création d'un ILS, je me suis senti très excité depuis que j'ai eu la chance de créer du matériel d'apprentissage compte tenu des différentes étapes de l'enquête. C'était important pour mes études, car j'enseignais plusieurs matières scientifiques basées sur l'enquête.

Quel défi avez-vous relevé lors du développement de votre ILS ?

Pendant la période de planification de l'ILS (se référant principalement à l'ILS individuel parce que tout ce qui touche à sa création reposait sur mes propres antécédents et mes propres idées et pensées), le défi était de savoir si l'enseignement des sujets scientifiques à l'aide de la recherche (que j'ai déjà réalisé dans la pratique) peut être organisé sur un écran. En particulier, si ces ateliers virtuels sont adaptés pour les enfants de l'école primaire (les élèves qui ne sont pas habitués à travailler de cette façon dans les classes de sciences).

Avez-vous utilisé votre ILS dans la salle de classe? Quelles ont été les réactions des élèves lors de la mise en œuvre?

Malheureusement, je n'ai pas eu l'occasion de faire usage de SIL dans mes pratiques d'enseignement jusqu'à présent. Mais j'adorerais. Je suis curieux de voir comment les élèves réagiront et quelles seront leurs réponses.

Les élèves ont-ils apprécié l'activité en matière de sciences?

Bien que je n'ai aucune expérience avec l'utilisation des SIL dans les leçons de sciences, je pense que leur utilisation va déclencher l'intérêt des étudiants. Les cours de sciences sont intéressants pour les étudiants, surtout s'ils sont liés à la vie quotidienne. La participation des élèves aux expériences est assez intense et active, bien au-delà des limites habituelles observées dans d'autres matières.

Vos élèves se sont-ils davantage intéressés à la science à la suite de cette activité?

La participation des étudiants à des ateliers virtuels a le potentiel de susciter un intérêt et une attention accrus pour la science. Sans oublier que nous vivons à une époque où les médias électroniques et la technologie générale font partie de notre vie quotidienne. La plupart des enfants sont familiers avec l'utilisation d'un ordinateur. Par conséquent, les compétences de manipulation sont déjà développées. Les élèves peuvent très bien manipuler l'ordinateur et apprendre au-delà.

Quel serait votre conseil aux enseignants qui sont désireux de commencer à créer leurs propres IlS, mais qui hésitent?

Lorsqu'ils entendent parler pour la première fois de l'utilisation des SIL dans l'enseignement, certains enseignants réagissent négativement, certains le jugent très intéressant et prometteur, certains hésitent mais pourraient vouloir essayer. Mon conseil en tant qu'enseignant est d'essayer des choses, mais toujours prendre en compte le public que nous abordons. Je trouve particulièrement les laboratoires virtuels très utiles, par exemple, si nous ne pouvons pas mettre en œuvre certaines expériences en classe réelle (comme certaines expériences sont dangereuses ou il n'y a pas d'installations, comme des matériaux ou des infrastructures générales, disponibles). Personnellement, en tant qu'enseignant, je m'utiliserai dans des laboratoires virtuels lorsque j'aurai l'occasion d'enseigner les sciences naturelles. Si vous ne prenez pas de risques et si personne n'essaie quelque chose de nouveau, alors personne n'apprendra. Nous essayons donc de nouvelles méthodologies et si le test n'a pas atteint les résultats d'apprentissage attendus, alors nous faisons des adaptations jusqu'à ce que nous atteignions les résultats souhaités.

L'équipe de Go-Lab est heureuse de travailler avec des enseignants aussi innovateurs et engagés, qui s'amusent beaucoup à utiliser nos outils. Nous attendons avec impatience la poursuite de la coopération à l'avenir! Pour faire partie de la famille internationale Go-Lab, vous êtes invités à postuler en tant que Go-Lab (Next-Lab) Focus Teacher! L'appel à focus Teachers sera publié sous peu à http://project.golabz.eu.

Lundi, 27. Mars 2017